Actualités

31/01/2017 - Comité de pilotage du Bassin de l'Or (Espace Gare, Castries)

Le Comité du Bassin de l'Or s'est réuni le mardi 31 janvier pour un point d'avancement de la première phase du contrat de bassin ainsi que la préparation de la seconde phase, qui s'échelonnera sur cette année 2017 avant de démarrer au 1er janvier 2018. Rythmée par des témoignages de porteurs de projets variés, illustrant les différents volets du contrat de bassin, la réunion a mis en évidence la réalisation d'actions concrètes sur le territoire. Cette séance a également été marquée par la validation du projet de SLGRI 2016-2021 (voir page du PAPI), en faveur d'une prévention des inondations sur le territoire comme le prévoit le volet C du contrat. Un bilan à mi-parcours est en préparation actuellement pour évaluer la mise en oeuvre de la phase 1 (2015-2017).   

 - Compte-rendu de la séance du 31/01/17 ;

 - Support de présentation de la séance du 31/01/17.

 

14/12/2016 - Etude GEMAPI (Gestion de l’Eau des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations)

La loi attribue aux intercommunalités cette nouvelle compétence. A compter de 2018, l’ensemble des EPCI devront la mettre en œuvre. La loi laisse à chaque territoire la possibilité de définir l’organisation qu’il souhaite voir aboutir afin de pouvoir appliquer cette nouvelle compétence tout en prenant en compte le principe d’une gestion cohérente à l’échelle des bassins versants. Dans ce cadre le SYBLE et le Symbo qui ont plusieurs EPCI en commun, ont décidé de mutualiser une étude permettant de définir cette organisation. Le bureau d’étude ESPELIA, basé à Montpellier a été mandaté pour cela. Sa mission sera, à partir d’un état des lieux, de disposer d’une vision claire de l’implication des structures dans le grand cycle de l’eau et dans la GEMAPI en particulier. Il s’agira ensuite de faire une projection sur les besoins et les moyens à venir pour assurer cette compétence et de proposer une organisation adaptée et partagée par les différentes parties prenantes de façon à permettre sa mise en place effective. Cette étude devrait se dérouler sur l’année 2017.

 

 

14/12/2106 - L'étude sur le fonctionnement hydrodynamique de l'étang de l'Or est lancée

Cofinancée par l’Agence de l’eau à hauteur de 80 %, cette étude est mise en œuvre en partenariat étroit avec l’Ifremer, le Cépralmar, un expert en modélisation et le bureau d’études Hydriad spécialisé en hydrologie et milieux aquatiques. A partir d’un réseau de mesures (débits / qualité) et d’une modélisation, cette étude a pour objectif de mieux comprendre les échanges qu’entretient l’étang de l’Or en particulier avec la mer et ses tributaires sud-est (canal du Rhône à Sète, canal de Lunel, Grau de Carnon), tant du point de vue quantitatif (débit, sens du courant) que qualitatif (nutriments). Elle débouchera sur l’étude de scénarios de gestion de la lagune.

 

06/09/2016 - Commission Lagune et zones humides. Cette commission thématique a pour objet de discuter des projets et des priorités se rapportant à l’étang de l’Or et les zones humides.  

- Compte-rendu de la séance du 23 juillet 2015 ;
- Compte-rendu de la séance du 9 juin 2016.

 

 

28/01/2016. Contrat de Métropole entre l’Agence de l’Eau, la Métropole 3M et les syndicats de bassin versants, le SYBLe et le Symbo.

Montpellier Méditerranée Métropole vient de signer son premier contrat cadre avec l’Agence de l’Eau en s’engageant pour une durée de 5 ans (2015-2019) et une première programmation d’actions sur 3 ans totalisant un investissement de 142 Millions d’eauros. Opération phare de ce contrat, l’aménagement de la station de MAERA à Lattes pour un montant de 90 M€ avec pour objectif notamment l’amélioration des performances par temps de pluie. Dans le cadre du Contrat de bassin de l’Or, la Métropole a prévu d’investir sur cette période 18 M€. Voir le communiqué de presse >

 

 

 

 

01/07/2015- C’est parti pour le Contrat de milieu du Bassin de l’Or !

Les principaux partenaires de ce projet se sont réunis le mercredi 1er juillet à 18h à Lunel pour la cérémonie de lancement officiel du contrat du Bassin de l'Or. Le contrat du Bassin de l'Or a été signé par le Symbo et 11 partenaires, institutionnels, financeurs, collectivités et acteurs du territoire (voir la plaquette)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contrat du bassin versant de l'Etang de l'Or

 

Le contrat du bassin de l’étang de l’Or vise à améliorer la qualité de l’eau et des milieux aquatiques sur le bassin hydrographique de la lagune étang de l’Or. Dans cet objectif, de multiples acteurs du territoire sont porteurs d’actions programmées sur une durée de 5 ans (2015-2019) et bénéficieront d’aides publiques liées cet effort environnemental.

Le contrat du Bassin de l’Or (2015-2019) a été signé le 1er juillet 2015 lors d’une cérémonie officielle à Lunel.

Les signataires sont le Symbo en tant que porteur de la démarche, les membres du Symbo, EPCI (Montpellier 3M, Pays de l’Or Agglomération, Communautés de communes du Pays de Lunel et du Grand Pic Saint-Loup) et le Conseil départemental de l’Hérault, la Chambre d’agriculture, le Syndicat mixte Garrigues Campagne, le SIATEO ainsi que des institutions et financeurs publics (Agence de l’Eau, Région, État).

La convention prévoit la mise en œuvre d’un programme d’action en deux phases, dont la première se déroule sur la période 2015-2017 avec un prévisionnel de plus de 36 M€ bénéficiant d’une aide publique de près de 50%. Un bilan à mi-parcours sera effectué afin de préciser la seconde phase 2018-2019, sur laquelle plusieurs porteurs de projets se sont d’ores-et-déjà positionnés.

Un programme d’action concerté répondant aux enjeux du territoire

Le projet de contrat de bassin versant avait été lancé suite à un diagnostic réalisé à l’échelle du périmètre d’intervention du syndicat : le bassin versant de l’étang de l’Or, défini par l’exutoire de la lagune sur la Méditerranée (au grau de Carnon) et l’ensemble de l’aire d’apport hydrologique qui y parvient. Ce territoire s’étend ainsi jusqu’aux garrigues du Montpelliérais, où se situent les sources des cours d’eau qui se jettent dans l’étang de l’Or (Salaison, Bérange…), et bordé par les digues du Vidourle sur son flanc Est. Voir la rubrique Bassin de l’Or.

 

Le dossier définitif

Constitué de deux tomes, le dossier définitif a été approuvé par le Conseil d’Administration de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée en juin 2015.

 

Les 5 grands volets de la gestion de l’eau et de la biodiversité

Le contrat du Bassin de l’Or rassemble 120 actions qui se déclinent actuellement en plus de 350 opérations à mettre en œuvre par une soixantaine de porteurs de projets. Elles sont organisées en 5 volets thématiques.

 

Volet "Amélioration de la qualité de l’eau"

L’objectif sur les zones non agricoles est d’aborder les questions de pollutions diffuses en plus des derniers travaux d’assainissement domestique collectif. Ainsi, les projets sur les réseaux d’assainissement et les stations d’épuration sont accompagnés de projets de réduction de pesticides (« PAPPH » des collectivités, jardiniers amateurs, services d’entretien…) et de projets sur la qualité des eaux rejetées aux milieux naturels telles que les eaux de pluie, bien souvent non traitée et chargée de contaminants.

Ce volet comporte une ambition agro-environnementale importante. Le Symbo est le chef de file du Projet Agro-Environnemental et Climatique du Bassin de l’Or (voir la page PAEC) dont la vocation est de favoriser les changements de pratiques agricoles en faveur de la préservation de la qualité de l’eau et de la biodiversité. L’enjeu eau potable est considéré comme prioritaire sur ce territoire (voir la page Eaux souterraines).

 

Volet "Gestion quantitative de la ressource en eau"

Bénéficiant de l’apport abondant en eaux brutes via le canal Bas-Rhône Languedoc (BRL), notre bassin versant n’est pas considéré déficitaire sur la majeure partie de sa superficie. Cependant, cette dépendance met en évidence la fragilité de nos ressources souterraines, qui plus est menacées en termes de qualité de l’eau. Au nord, la nappe de Castries-Sommières est quant à elle identifiée comme déficitaire : c’est pourquoi il a été prévu d’établir un plan de gestion de cette ressource souterraine.

Afin de pérenniser et gérer équitablement cette ressource. il est prévu la mise en œuvre d’économie dans les zones déficitaires en priorité et de pouvoir aussi  engager des actions de réhabilitation des réseaux avec gain environnemental escompté.

 

Volet "Gestion des risques inondations et submersion"

La première phase du contrat consiste à réaliser une série d’actions en vue d'améliorer les connaissances et la compréhension du fonctionnement hydraulique du bassin versant pour définir une stratégie de gestion du risque d’inondation et de submersion marine. Ce programme appelé PAPI d’intention devrait permettre de déboucher sur des propositions de travaux et de mesures à prendre qui se dérouleront en phase 2 du contrat.
Voir la rubrique PAPI >

 

Volet "Amélioration, restauration et préservation des milieux aquatiques et humides, de leurs fonctionnalités et de leur continuité "

Les mesures et diagnostics menés ces dernières années confirment le statut d'eutrophisation extrême de l'étang de l'Or, le classant ainsi parmi les lagunes les plus dégradées du Languedoc-Roussillon. La lagune est un milieu intégrateur qui concentre les nutriments et les contaminants issus du bassin versant.

L’urgence de l’action est d’autant plus forte que l'étang de l'Or présente un grand intérêt écologique attesté par les nombreux inventaires, classements et protections (Site classé, Inscription à l’inventaire RAMSAR, Site Natura 2000…). La mise en place du programme Natura 2000 aux abords de l’étang montre une avancée notable des mesures engagées mais des efforts sont à poursuivre. Les milieux aquatiques et humides, actuellement fortement impactés, doivent en effet retrouver à terme une bonne qualité qui passe par une restauration puis par la préservation de certains espaces sensibles.

 

Volet "Gouvernance pour une gestion durable de l’eau et de la biodiversité"

La gestion globale doit être cohérente à l’échelle du bassin versant, c’est pourquoi le projet de territoire doit  être compris et adopté par tous les acteurs. Il doit valoriser l’évolution positive du territoire.

 

Un comité de pilotage appuyé de quatre commissions thématiques

Le comité de pilotage, appelé « Comité du Bassin de l’Or », rassemble 45 membres : élus du territoire, financeurs, usagers (professionnels, associatifs, gestionnaires…) et l’État (confer liste des membres et Arrêté Préfectoral de constitution). Cette instance de décision est représentative des acteurs de ce territoire et veille à l’application sur le terrain des orientations du contrat avec la mise en œuvre du programme d’actions.

 

Quatre commissions thématiques alimentent le Comité du Bassin de l’Or sur leur sujet de prédilection. Espaces de débats et de discussion, elles permettent l’expression des avis des différents acteurs du territoire sur les enjeux et questions se rattachant à la gestion de l’eau et de la biodiversité sur ce territoire.

-       Commission lagune et zones humides

-       Commission agro-environnementale (rattachée au PAEC)

-       Commission risque inondations (rattachée au PAPI)

-       Commission urbaine.

 

Réalisation : Grafibox.net